guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Attention à la cure de Breuss
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Attention à la cure de Breuss
09/09/2008
Mots clé : cure de Breuss
Un internaute m'interroge sur la pertinence du traitement à base de jus de légumes type cure de Breuss. Une occasion de revenir sur les bienfaits possibles et les dangers certains des régimes restrictifs. A manier avec précaution.
 
Un internaute m'interroge sur la pertinence de la cure à base de jus de légumes type cure de Breuss.

Chez les rongeurs, la restriction calorique sévère a été prouvé de ralentir la progression de certains cancers. En France, des chercheurs de l'université de Rennes ont démontré que l'élimination de quelques acides aminés (précurseurs de molécules dites "polyamines") ralentissait la progression de certains cancer chez l'homme, et contribuait à soulager la douleur aussi.

Mais ATTENTION, ce type de régime alimentaire hyper-restrictif n'est pas pour tout le monde. S'il peut tres possiblement avoir des effets bénéfiques, il peut aussi être dangereux. La "Cure de Breuss" n'a pas été évaluée de façon systématique chez l'homme. A mon sens, elle ne devrait être suvie que sous le contrôle d'un médecin nutritionniste qui travaillerait la main dans la main avec le cancérologue qui suit le patient.

Nous préparons un article pour le magazine de guerir.fr sur le régime sans polyamines et vous y aurez accès rapidement. Il propose, entre autre, une période où le patient ne s'alimente qu'avec des solutés préparés qui contiennent des quantités très étudiées d'éléments nutritionnels essentiels tout en éliminant les précurseurs de polyamines. Ces solutés sont consommés pendant une période, puis un régime est instauré qui élimine le plus possible ces mêmes précurseurs.

Il existe une clinique en Allemagne, sur les bords du lac de Constance, qui est spécialisée dans ce type de traitement à la fois nutritionnel et médicalisé du cancer, et dans le jeûne thérapeutique. Il s'agit de la klinik Buchinger am Bodensee (où l'on parle français autant qu'allemand et anglais). Il y a sans doute d'autres établissements du même type, dont peut-etre certains en France, mais je ne les connais pas encore. Peut-etre les différents membres de la communauté qui lisent ce message pourront ils nous aider à commencer à les identifier ? Nous pourrions créer un forum spécialisé sur ce sujet si vous le souhaitiez...

amitiés

David SS


RESUME DE LA QUESTION :

Bonjour,

J’étais présente récemment à votre conférence de Royan ; quelqu’un dans l’assistance a évoqué la cure de Breuss. Je ne voulais pas mettre cette possible thérapie en recommandation sans l’avoir soumise à votre jugement. Cette cure de jus de légumes doit durer 42 jours. Il faut s'en tenir strictement au mélange de jus que l'on consommera de préférence à la cuillère en le gardant un peu dans la bouche avant de l'avaler. Il a été démontré, par l'expérience, que 1/4 de litre par jour suffit pour vivre. Pendant cette période, on peut maigrir de 5 à 15 kg, mais ceci n'empêche pas de se sentir bien et plein d'énergie.
La clé de voûte réside dans l'infusion rénale que l'on prend à raison de 1/2 tasse froide matin, midi et soir, ou mieux encore, si l'on prend 2 cuillères à soupe toutes les heures.

Si l'on reprend les écrits de Bruno Vonarburg, biochimiste suisse, auteur de Bénédiction de Dieu dans la nature, celui-ci déclarait à propos de la cure Breuss : « Etant donné que le développement du fait cancéreux est alimenté par les protéines, je vois l'avantage suivant dans un traitement avec une cure de jus : en effet l'alimentation quotidienne en protéines est arrêtée et l'organisme ne pouvant vivre sans cet élément, le sang, amateur de protéines, ronge dans le corps tout ce qui est superflu, végétations, rassemblements de matières et tumeurs. C'est un opération sans scalpel à laquelle le jus rouge procède lui-même, une fois finement dosé ».

Alors que j'étais en train de rédiger ce dossier, une amie me téléphone et je lui explique ce que je faisais. Elle me dit : « Les jus de légumes allemands, je connais » (elle ne se souvenait pas de Breuss). Elle poursuit : « J'ai guéri ma mère d'un cancer généralisé en stade final avec ce régime. Elle a vécu ensuite 12 ans entièrement guérie et n 'est pas morte du cancer, mais simplement de vieillesse ».
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON