guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Attention au sucre
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Attention au sucre
13/01/2009
Mots clé : sucre
Une nouvelle étude confirme l'importance de limiter le sucre dans l'alimentation pour ne pas nourrir le cancer
 
Je vous écris de New York où je fais une conférence ce soir à l'hôpital Mount Sinai pour vous faire part d'une nouvelle étude, qui fait partie de la Women's Health Initiative Observational Study (WHI-OS) de 93 676 femmes, sous l'égide du département d'épidémiologie de l'université Albert Einstein (de New York aussi!)

Elle confirme le lien entre le niveau d'insulinémie (donc de sucre dans le sang) et le risque de cancer du sein. Dans cette grande étude, le risque de cancer du sein chez les femmes ménopausées qui ne prenaient pas de traitement hormonal (désormais contre-indiqué en France comme aux Etats-unis sauf dans des cas précis de symptômes de ménopause difficils à gérer autrement) était de 2,4 (140% d'augmentation de risque), alors que le risque associé au THS n'était que de l'ordre de 2,0 (100% d'augmentation du risque).

De fait, les auteurs concluent que le lien entre obésité et cancer du sein chez la femme ménopausée pourrait sans doute être expliqué entièrement par les taux plus élevés d'insuline et d'hormones estrogènes chez les femmes avec un surpoids impoprtant (IMC > 30).

Cela confirme une des principales conclusions mises en avant dans mon livre ANTICANCER : le rôle important de l'alimentation trop sucrée ("à index glycémique élevé") dans la survenue de certains cancers, et souligne à nouveau la nécessité de communiquer au près des patients déjà atteints d'un cancer l'importance d'adopter un régime alimentaire à index glycémique bas, pour réduire le taux de sucre dans le sang ("glycémie") et donc la sécrétion d'insuline et son influence néfaste sur la croissance des cellules cancéreuses.

Cela est d'autant plus justifié que les régimes alimentaires à index glycémique bas (comme le régime méditerranéen, si facile pour la pluspart d'entre nous à adopter) ont déjà été démontrés de n'avoir que des effets bénéfiques sur tous les autres paramètres de santé : maladies cardiovasculaires, démences, et maladies inflammatoires.

A nos cuisines !
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON