guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Cancer et environnement : le lien se confirme
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Cancer et environnement : le lien se confirme
04/04/2008
Mots-clés : cancer, environnement
Une femme sur 10 en Europe aura un cancer du sein. Quelles autres causes possibles que des changements dans notre environnement ?
 
Cette semaine, deux articles consécutifs dans Le Monde ont mis l'accent sur le lien entre les facteurs toxiques de l'environnement et les différents cancer.

Dans une interview, l'épidémiologiste Dre. Annie Sasco, de l'université de Bordeaux II, citée dans mon livre et membre du comité de surveillance de ce site, met en avant les liens entre les différents produits chimiques et ondes électro-magnétiques auxquelles nous sommes soumis depuis 1950 et l'épidémie récente de cancer. Des liens qu'elle a elle-même largement contribué à établir au cours de sa carrière de plus de 20 ans dans ce domaine.

Deux jours plus tard, Le Monde faisait état du rapport du Pr Andreas Kortenkamp, chef du service de toxicologie de l'université de Londres, qui rappelle que les facteurs environnementaux sont les principaux facteurs à l'origine des cancers du sein, bien avant les gènes. Ses conclusions recoupent celles que j'ai mis en avant dans mon livre sur les "effets cocktails" des différents produits toxiques : même si chacun est présent à une dose faible, la combinaison de l'ensemble dépasse les doses acceptables. Il parle aussi de l'effet pseudo-estrogénique de nombreux produits présents dans l'alimentation (pesticides, herbicides), ou dans certains cosmétiques. En imitant l'effets des hormones estrogènes, ils peuvent stimuler la croissance des cellules cancéreuses. (Dans une récente publication de la grande étude de Harvard "Women's Health Study" même les cancers du poumon voyaient leur agressivité augmentée en présence d'excès d'estrogènes...)

Il est temps que nos organes de presse se saisissent de ces questions qui nous concernent tous, et encore plus nos enfants.

En attendant, pour se défendre, il faut réduire notre exposition autant que possible (voire les recommandations faites dans mon livre au sujet des cosmétiques, des parfums, des produits ménagers, de l'eau, etc.) et SURTOUT venir soutenir nos défenses naturelles :

- Certaines permettent d'éliminer une partie de ces carcinogènes par les voies de détoxification du foie. Celles-ci sont stimulées par les composés phytochimiques de nombreux légumes comme les brassicacées (choux, choux-fleurs, brocolis), les alliacés (ail, oignons, poireaux), et de certains fruits (en particulier petits fruits rouges) ),
- d'autres défense viennent lutter directement contre la formation des cellules cancéreuses (système immunitaire en bonne santé, ou molécules de l'alimentation qui contribuent à la mort des cellules tumorales, ou à les empêcher de se disséminer - thé vert, curcuma, oméga-3, etc.).

Et il faut aussi que nous contribuions tous, par nos actions et nos paroles, à faire réduire les risques d'exposition dans tous nos pays. C'est en commençant à en parler autour de nous à nous indigner que nous ferons progresser les mentalités. Quel risque est il réellement "acceptable" pour nous, pour nos enfants ?
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON