guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Certaines chimiothérapies plus efficaces avec des Omégas 3
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Certaines chimiothérapies plus efficaces avec des Omégas 3
12/02/2010
Mots clé : oméga-3
Une étude réalisée à Tours par le Professeur Philippe Bougnoux montre que les Oméga 3 peuvent améliorer l’efficacité de certaines chimiothérapies – et la survie du cancer du sein métastatique - sans effets secondaires.
 

Dans une étude publiée en novembre 2009 dans le British Cancer Journal, le Professeur Philippe Bougnoux, du laboratoire INSERM U921, montre pour la première fois que des capsules d'Oméga 3 ont le potentiel d'augmenter considérablement la survie chez les patients atteints de cancer du sein métastatique, traités par chimiothérapie.

Le chercheur a étudié les effets de 1,8 g de DHA par jour, ajouté à une chimiothérapie à base d'anthracycline, chez 25 patients atteints de cancer du sein avec des métastases viscérales à progression rapide. Pour le groupe ayant le plus fort taux d'oméga 3 dans le sang, la survie globale moyenne a été presque doublée par rapport au groupe avec le taux le plus bas (34 mois contre 18 mois). Il faut noter que le pronostic des patients de l'étude était particulièrement pauvre.

Les patients ont reçu trois capsules à chaque repas, en commençant avant le début de la chimiothérapie, puis pendant les 5 mois de chimiothérapie. L'équipe de Philippe Bougnoux n'a pas pu encore expliquer pourquoi certaines patientes, qui recevaient la même nombre de capsules d'oméga 3 que les autres, avaient des taux sanguins différents.

La chimiothérapie utilisée avait recours au mécanisme du stress oxydant, qui induit la mort des cellules cancéreuses. Ce sont des dérivés de l'oxygène instables, avec un électron "célibataire" qui va réagir avec les membranes des cellules et les détruire.

Certaines cellules cancéreuses, parmi les plus agressives, sont plus vulnérables à l'oxydation que les cellules saines, fort heureusement : c'est cette différence de la réaction qui fonde l'intérêt des médicaments anti-cancer. Il semble que cette différence de réaction peut être encore renforcée quand les cellules des membranes sont enrichies en DHA, l'un des acides gras les plus fragiles à l'oxydation. Dans cette étude, les patients devaient éviter toute prise d'anti-oxydants en plus des traitements.

L'efficacité de la chimiothérapie est généralement dépendante de la dose prescrite, qui elle-même est limitée par les effets secondaires. Toute approche qui permet d'améliorer l'efficacité de la chimiothérapie sans augmenter les doses est donc très utile, surtout si elle ne comporte pas d'effets négatifs en soi. Cette découverte est donc importante et devraient être suivie de nouvelles recherches et être discutée avec les patients.

De façon générale, les oméga-3 contribuent à réduire l’inflammation dans le corps en stimulant la production de certaines prostaglandines (de la série PGE3) au détriment des prostaglandines pro-inflammatoire (série PGE2) issues des acides gras oméga-6. C’est la raison pour laquelle le régime santé Anticancer recommande de toutes façons en prévention du cancer, pendant les traitements, ou en prévention des rechutes, de réduire toutes les sources d’oméga-6 dans l’alimentation (surtout les produits animaux comme la viande et les charcuteries d’origine industrielle, l’huile de mais, de tournesol ou de soja) et de privilégier toutes les sources d’oméga-3 comme le poisson gras (surtout les petits, comme les sardines à l’huile d’olive, ou le maquereau, mais aussi le saumon sauvage ou provenant d’élevages de bonne qualité), et les légumes verts, noix, et graines de lins broyées.

Il est sans doute encore trop tôt, sur la base de cette seule étude de petite taille, pour recommander la prise de capsules d’oméga-3 pendant la chimiothérapie. Toutefois, il me semble parfaitement raisonnable de prendre de l’huile de poisson sous forme de compléments alimentaires (en capsules ou à la cuiller) en prévention des rechutes une fois la chimiothérapie terminée. La dose généralement utilisée dans ce cas est de 1 à 2 g d’oméga-3 combinés (DHA et EPA et autres oméga-3, tels que indiqués sur la notice) par jour.
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON