guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Concilier le régime anti-polyamines et le régime anticancer
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Concilier le régime anti-polyamines et le régime anticancer
01/09/2008
Mots clé : régime anti-polyamines
Dans le magazine, nous publions cette semaine une première analyse du régime anti-polyamines mis au point par une équipe CNRS de Rennes. Mais peut ton concilier le régime anti-polyamines et le régime anticancer?
 
Je vous mets mon analyse du régime anti-polyamines et mes conseils si vous voulez l'essayer.

La piste des polyamines est une découverte passionnante dans les nouvelles approches du cancer. Pour de nombreuses personnes le régime "anti-polyamines" entraine une réduction objective de la croissance des tumeurs et -- surtout -- de la douleur associée au cancer (plus efficace pour le contrôle de la douleur que pour le contrôle de la maladie elle-même semble-t-il à ce jour). Ceci est une preuve de plus que des facteurs alimentaires peuvent influencer le cours de la maladie en profondeur. Y compris au niveau des mécanismes moléculaires et génétiques de la maladie cancéreuse.

Un problème qui apparait dès qu'on se penche sur la question du régime "anti-polyamines" est que les aliments recommandés ne sont, pour beaucoup, pas les mêmes que ceux que je mets en avant dans mon livre "Anticancer". Certaines viandes et charcuteries, par exemple, sont pauvres en polyamines et sont « recommandées » par les régimes anti-polyamines, alors que de mon point de vue, la présence de nitrites et d’acides gras oméga-6 en excès (acide arachidonique en particulier) en fait des aliments « pro-cancer » à éviter. D’un autre coté, de nombreux végétaux, qui sont riches en ingrédients phytochimiques « anticancer », sont aussi très riches en précurseurs de polyamines, et, du coup, bannis du régime « anti-polyamines ».

Il est presque impossible de magner à la fois « anticancer » et « anti-polymamines ».

Alors comment concilier ces deux régimes ?

De mon point de vue, il me paraît tout à fait raisonnable en cas de douleur liée à la progression d’un cancer de faire une période de « cure » de deux à quatre semaines à base d’une alimentation provenant uniquement des « solutés anti-polyamines » pour aider à contrôler la maladie. On peut ensuite revenir à une alimentation solide fondée sur le « régime anti-polyamine » (plutôt que le « régime anticancer » de mon livre) pendant encore deux semaines. A mon avis, on peut alors revenir au régime anticancer « de base » qui est un bon régime de prévention tous-azimuts du cancer, fondé à la fois sur les bienfaits largement reconnus du régime méditerranéen, et sur les aliments anticancer découverts récements (thé vert, curcuma, fruits rouges, herbes aromatiques, etc.)

J’espère que ces éclaircissements seront utiles à ceux qui voudront essayer le régime anti-polyamines du Pr Moulinoux.
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON