guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Grippe A - Je recommande le vaccin si votre santé est fragilisée
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Grippe A - Je recommande le vaccin si votre santé est fragilisée
04/12/2009
Mots clés : vaccin, grippe A
Faut il se vacciner contre la grippe A ? Oui, si vous avez un cancer, ou êtes en cours de traitement. Ou si vous souffrez de toute autre atteinte à votre santé qui rendrait sérieuses les conséquences de cette grippe, qui le plus souvent n'est pas grave.
 
On me demande presque chaque jour s'il faut se faire vacciner contre la grippe A. Ma réponse est simple : les risques liés au vaccin lui-même existent, mais les complications sérieuses sont rares. La grippe A, elle, est le plus souvent bénigne, mais pas chez les gens qui sont fragilisés par une autre maladie. Chez eux, elle risque d’entrainer des complications sérieuses. Mon avis rejoint celui de nombreux cancérologues : si vous avez un cancer, êtes en cours de traitement, ou vous remettez tout juste d’un traitement qui vous a beaucoup affaibli, je pense qu’il est important de vous faire vacciner. C’est aussi l’avis de trois experts de la Ligue Départementale contre le cancer de la région de Toulouse, que je connais : Le Pr Roland Bugat, oncologue, le Professeur Paul Léophonte, pneumologue, et le Professeur Jean-Louis Montastruc, pharmacologue.

Ils soulignent dans leur communiqué que les personnes avec un cancer constituent « un groupe de malades fragiles que la grippe peut menacer dans leur vie : soit parce que la grippe altère les fonctions d'un organe dont le cancer a altéré la physiologie (par exemple une insuffisance respiratoire aiguë chez un patient atteint d'un cancer du poumon) ; soit parce que l'inflammation induite par la grippe peut contribuer à altérer davantage un état général précaire voire donner un coup de fouet à l' évolution cancéreuse. Ne pas saisir la chance d'une vague d'avant-garde prolongée offrant l'opportunité de mettre en œuvre une prévention collective et individuelle serait une erreur, particulièrement chez les plus vulnérables »

De la même façon, je pense qu’il faut vacciner les enfants fragilisés par une maladie chronique, comme l’asthme ou la mucoviscidose, ou les personnes qui ont une sclérose en plaque, une insuffisance cardiaque, etc. Bien sûr, il semble préférable, quand c'est possible, de toujours choisir le vaccin sans adjuvant puisque ce sont surtout ces adjuvants qui jettent un doute sur l'innocuité de ce vaccin.

Pour les autres personnes, celles qui ne sont pas "fragilisées", la question reste ouverte. La première mesure à prendre est de renforcer le terrain avec la nutrition, l’activité physique, la gestion du stress, et, surtout, des doses adéquates de vitamine D3 (2 000 ou 3 000 unités internationales par jour pour les personnes qui n’ont pas accès au soleil plusieurs fois par semaine) que l’on peut prendre sous forme de complément alimentaire sans ordonnance médicale. Attention, les personnes atteintes de maladies rénales ou de calculs rénaux doivent consulter leur médecin avant de prendre ces doses de vitamine D3.
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON