guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Huile de foie de morue et style de vie contre le cancer
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Huile de foie de morue et style de vie contre le cancer
26/08/2009
Mots clés : huile de foie de morue, style de vie
Jusqu'à 45% de réduction de la mortalité par cancer du poumon chez les femmes qui prennent de l'huile de foie de morue tous les jours.
 
Cet été, une grande étude norvégienne portant sur plus de 68.000 femmes a observé que les femmes qui prenaient de l’huile de foie de morue (liquide ou en capsules) tous les jours de l’année, survivaient considérablement mieux si elles finissaient malgré tout par avoir un cancer. La réduction de la mortalité était de l’ordre de 25% pour l’ensemble des cancers, et de 45% pour le cancer du poumon spécifiquement. 1

L’huile de foie de morue est très riche en vitamine D (un nutriment très important pour ralentir la croissance des tumeurs et soutenir le système immunitaire), et aussi en acides gras oméga-3 à longues chaines comme on en trouve généralement dans le poisson gras. Les oméga-3 contribuent à réduire l’inflammation dans le corps et donc la croissance des tumeurs et des nouveaux vaisseaux sanguins dont elles ont besoin pour s’étendre (« angiogénèse »).
Dans cette étude les chercheurs ont voulu analyser le bénéfice de la consommation d'huile de foie de morue au moins un an avant le diagnostic de leur cancer. Les auteurs soulignent que de nombreuses femmes commencent à en prendre une fois la maladie déclarée mais qu'elles ont été comptées dans leur étude comme faisant partie du groupe qui n'en prenait pas. Du coup, si les oméga-3 et la vitamine D de l'huile de foie de morue aide bien à ralentir le cancer, leur étude aurait donc tendance à fortement sous-estimer son bénéfice.
Dernière remarque : les personnes qui prennent ce type de complément alimentaire font en général plus attention à leur santé que les autres ( meilleure alimentation en général, plus d’activité physique, plus d’attention à la gestion du stress, moins d’exposition à des substances toxiques dans leur environnement). Il est donc difficile de conclure que c’est uniquement la prise de compléments alimentaires qui a eu un effet aussi significatif sur l’amélioration de la survie une fois la maladie déclarée.
Toutefois, cette étude confirme bien que des facteurs de style de vie – alimentation et les autres – ont un impact considérable sur le cours de la maladie et les bénéfices obtenus par les traitements conventionnels.
Mes recommandations, comme décrites dans Anticancer :
- consommer du poisson gras (sardines, maquereaux, saumon, anchois entier) au moins deux fois par semaines
- s’assurer que son niveau sanguin de vitamine D3 est au dessus de 30 ng/ml si on est en bonne santé, et plus proche de 50 ng/ml si on a un cancer (sous surveillance par son médecin)
- continuer toutes les autres bonnes pratiques de santé : 30 minutes d’activité physique (marche rapide par exemple) cinq fois par semaine, pratique de la cohérence cardiaque ou autre méthode de gestion du stress pour éviter l’impuissance du stress chronique, et éviter les contaminants les plus courants qui pourraient contribuer à faire apparaître un cancer ou l’aider à grandir

Bibliographie

1. Skeie G, Braaten T, Hjarta A, Brustad M, Lund E. Cod liver oil, other dietary supplements and survival among cancer patients with solid tumours. Int J Cancer 2009;125:1155-60.
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON