guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › La vitamine D : protection contre le cancer, les rhumes et le blues hivernal ?
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
La vitamine D : protection contre le cancer, mais aussi les rhumes et le blues hivernal ?
13/02/2009
Mots clés : vitamine D, cancer
De nouvelles études suggèrent qu'un taux sanguin suffisant pourrait améliorer l'humeur pendant les mois d'hiver et protéger aussi contre les rhumes et la grippe.
 
C'est ma découverte de l'hiver ! J'avais déjà parlé de l'importance d'un taux sanguin de vitamine D3 suffisamment élevé pour se protéger du cancer (en prévention, mais très probablement aussi pour ralentir sa progression).

De fait on sait maintenant que les femmes dont le taux de vitamine D3 est le plus élevé ont le risque le plus faible de développer un cancer du sein, et celles qui ont déjà un cancer avéré ont un risque plus faible qu’il s’aggrave. (Abbas et al. 2009 ; Goodwin, 2008)

Il semble que cette protection bénéficie aussi au cancer du poumon non-à-petites-cellules. Dans une étude, ceux dont les niveaux sanguins de vitamine D3 étaient les plus élevés avaient une survie deux fois plus longue que ceux avec le niveau le plus bas. (Zhou et al., 2005)

Et des données existent aussi déjà pour le cancer du colon et de la prostate. (Freedman et al. 2007, Woo et al., 2005)

De fait, les chercheurs sur la vitamine D pensent qu’elle contribue sans doute à ralentir la progression de toutes les formes de cancer, en tous cas dans les stades précoces. (Cannell et Hollis, 2008)

Toutefois, la nouveauté est que des niveaux adéquats de vitamine D3 (comparables à ceux observés en été chez des personnes exposées modérément au soleil) pourraient aussi possiblement protéger des rhumes et de la grippe en hiver (Laaksi et al., 2007) et contribuer à maintenir une bonne humeur, et donc peut-etre aussi servir d’antidote à la baisse d’énergie pendant les mois sombres et froids (Wilkins et al. 2006).

Dans un article récent, deux médecins de médecine intégrative font le point (Cannell et Hollis, 2008) :
Il faudrait maintenir son taux sanguin de vitamine D3 au dessus de 50 ng/ml (à peu près 125 nmol/l – les unités plus utilisées en France/Belgique/Suisse), et en dessous de 70 ng/ml (175 nmol/l). Le facteur de conversion entre ng/ml et nmol/l est 2,498.

En France, le Dr Jean-Claude Souberbielle, spécialiste de la vitamine D depuis 25 ans à l'hopital Necker, recommande un taux sanguin au dessus de 30 ng/ml (à peu près 90 nmol/l), et plutot inférieur à 50 ng/ml (125 nmol/l) pour être certain de prendre le minimum de risque (de calcul rénal par exemple du à une trop grande absorption de calcium), tant qu'il n'y aura pas de grandes études de suivi sur une population très large. C'est aussi le taux sanguin recommandé par le Dr Michael Holick dan un article retentissant dans le New England Journal of Medicine en 2007.

La meilleure façon de procéder et de parler à son médecin de l’importance de doser la vitamine D3 (certains médecins le font de façon régulière, d’autre ne connaissent pas du tout ce domaine), et d’apporter une supplémentation adéquate sous forme de compléments alimentaires.

Les experts de la vitamine D recommandent une supplementation sous forme de prise quotidienne allant de 1 000 à 5 000 Unités Internationales (rappelez vous que la peau en fabrique 10 000 en 15 à 20 minutes d’exposition au soleil de midi en été…) ou bien sous la forme d’ampoules de vitamine D3 de 100 000 UI à prendre une à deux fois par mois (chaque ampoule ne coute pas plus que 1,5 €)- Attention, il faut généralement mieux ne PAS prendre d‘ergocalciferol (ou vitamine D2), dont certains experts pensent qu'elle peut être plus facilement toxique.

RISQUES
Le seul danger possible d'un excès de vitamine D3 -- en particulier chez une personne avec un cancer -- est celui des calculs rénaux par excès de calcium dans les urines, ou bien l'hypercalcémie (excès de calcium dans le sang). Chez une personne avec un cancer, l'hypercalcémie peut dans certains cas être mortelle. Il est sage de mesurer les taux sanguins de vitamine D3 (25 OH cholécalciférol) et de calcium avant de commencer une supplémentation, puis tous les trois mois environ.

Remerciements
Merci à Thierry Souccar et à son équipe de www.lanutrition.fr pour avoir attiré mon attention sur cet article récent de Cannell et Hollis

Bibliographie

Souberbielle J-C, Prié D, Couberbaisse M, et al. Mise au point : Actualité sur les effets de la vitamine D et l’évaluation du statut vitaminique D. Annales d'Endocrinologie 2008;69:501-10.

Abbas S, Chang-Claude J, Linseisen J. Plasma 25-hydroxyvitamin D and premenopausal breast cancer risk in a German case-control study. Int J Cancer 2009;124(1):250-5.

Goodwin PJ. Frequency of vitamin D (Vit D) deficiency at breast cancer (BC) diagnosis and association with risk of distant recurrence and death in a prospective cohort study of T1-3, N0-1, M0 BC. In: Annual Meeting of the American Society of Clinical Oncology; 2008.

Zhou W, Suk R, Liu G, et al. Vitamin D is associated with improved survival in early-stage non-small cell lung cancer patients. Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention 2005;14(10):2303-9.

Freedman DM, Looker AC, Chang S-C, Graubard BI. Prospective Study of Serum Vitamin D and Cancer Mortality in the United States. J Natl Cancer Inst 2007;99(21):1594-602.

Woo TCS, Choo R, Jamieson M, Chander S, Vieth R. Pilot study: potential role of vitamin D (Cholecalciferol) in patients with PSA relapse after definitive therapy. Nutr Cancer 2005;51(1):32-6.

Cannell JJ, Hollis BW. Use of vitamin D in clinical practice. Altern Med Rev 2008;13.

Laaksi I, Ruohola J-P, Tuohimaa P, et al. An association of serum vitamin D concentrations < 40 nmol/L with acute respiratory tract infection in young Finnish men. American Journal of Clinical Nutrition 2007;86(3):714-7.

Wilkins CH, Sheline YI, Roe CM, Birge SJ, Morris JC. Vitamin D deficiency is associated with low mood and worse cognitive performance in older adults. American Journal of Geriatric Psychiatry 2006;14(12):1032-40.

Holick MF. Vitamin D deficiency. New England Journal of Medicine 2007;357(3):266-81.
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON