guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Les légumes et l'activité physique se complètent pour protéger du cancer
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Les légumes et l'activité physique se complètent pour protéger du cancer
30/03/2009
Mots clés : mode de vie, cancer
Une autre preuve des effets de synergie : Manger plus de cinq légumes et fruits par jour ET faire plus de 30 minutes de marche six fois par semaine retardent le cancer du sein beaucoup plus que l'un et l'autre ne le font séparément
 

Une des difficultés de la recherche sur les choix de style de vie dans la prévention et le traitement des cancers vient du fait qu'ils sont généralement étudiés séparément. On cherche par exemple à connaitre l'impact de la viande rouge, ou celui des légumes, ou celui des réponses au stress, ou celui de l'activité physique. Pourtant, au sein de notre vie, ils sont tous mélangés...

De la même façon qu'on ne peut comprendre l'impact du vin rouge sur la santé que si on analyse aussi la nature du régime alimentaire qui l'accompagne, il faut aussi étudier les effets combinés du régime alimentaire avec l'activité physique.

C'est ce qu'ont fait des chercheurs de l'université de San Diego et de Stanford.[1] Chez des femmes ayant déjà été traitées pour un cancer du sein, ils ont constaté que le régime alimentaire (plus de cinq légumes et fruits par jour) et l'activité physique (au moins 30 minutes de marche ou équivalent six jours par semaine) avaient chacun une activité bénéfique modérée. Par contre, la combinaison des deux était associée à une réduction de près de 50% du risque de mourir d'un cancer dans les 10 ans (et de mourir tout court !).

C'est ce qu'on voit sur les courbes de survie ci-dessus : la courbe en gris montre la survie des femmes qui ne mangeaient pas de légumes et fruits, et qui ne faisaient pas d'activité physique. La courbe en jaune, celles qui mangeaient au moins cinq légumes et fruits, mais ne faisaient pas d'activité physique. La courbe en rouge, celles qui faisaient de l'activité physique, mais ne mangeaient pas suffisamment de légumes et fruits. Et la courbe en bleue celles qui mangeaient des légumes et fruits ET qui avaient une activité physique suffisante. La combinaison des deux a eu un effet clairement supérieur à la somme des deux pris séparément. Comment cela est il possible ?

On sait que les légumes et fruits contiennent des composés anticancer qui facilitent l'élimination des toxines et ralentissent en même temps la croissance des tumeurs. On sait aussi que certains de ces composés peuvent encourager l'action du système immunitaire, et réduire les effets néfastes de la biologie du stress (cortisol et norépinéphrine par exemple). Enfin, une alimentation riche en légumes et en fruits réduit la montée du glucose dans le sang (moins de sucres raffinés et plus de fibres pour ralentir l'absorption des sucres). L'activité physique a des effets similaires : elle permet d'éliminer les toxines plus facilement, de stimuler le système immunitaire, de réduire la glycémie (et les montées d'insuline), de limiter l'impact négatif des hormones du stress sur le corps, et aussi l'impact des estrogènes et xenoestrogenes (pesticides et autres contaminants) sur la croissance des cancers.

Comme pour toutes les interventions de style de vie, la combinaison, à petites doses régulières, est plus efficace que ce que l'ont peut attendre d'un seul élément pris de façon isolée.

Je trouve plutot rassurant de savoir que tout cela marche ensemble. Comme avec les différents instruments d'un orchestre symphonique : la musique est plus belle quand ils jouent tous la même partition, et quelle puissance dans un orchestre !

Bibliographie

Pierce, J.P., et al., Greater Survival After Breast Cancer in Physically Active Women With High Vegetable-Fruit Intake Regardless of Obesity. Journal of Clinical Oncology, 2007. 25(17): p. 2345-2351.
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON