guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Comment lutter au mieux contre la perte de poids liée à la maladie ?
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Comment lutter au mieux contre la perte de poids liée à la maladie ?
20/11/2009
Mots clés : perte de poids, cancer
La perte de poids inquiète les patients et les médecins lorsqu’elle est associée au cancer. Il faut savoir y faire face sans pour autant nourrir la tumeur.
 
La cachexie est la perte de poids rapide qui touche près d’un patient sur deux avec un cancer. Elle est souvent considérée comme un signe sérieux de progression de la maladie. Les médecins sont très préoccupés de ce danger et ont donc tendance à faire une recommandation très générale à toutes les personnes souffrant d’un cancer en leur disant : « quoi que vous fassiez avec votre alimentation, ne perdez pas de poids ! » Et du coup, ils s’inquiètent des régimes végétariens ou « anticancer » et recommandent souvent des aliments très riches en produits laitiers, en sucre, en farine blanche et en graisse.

En réalité, la cachexie n’est pas une simple perte d’appétit qui fait maigrir. Il s’agit d’un phénomène bien plus complexe : une inflammation généralisée déclenchée par le cancer lui-même et qui s’accompagne de fatigue, d’anorexie (perte d’appétit), et de consommation des muscles, comme si le corps commençait à fondre. Cette intense et rapide perte de poids s’accompagne souvent d’une chute du système immunitaire qui peut fragiliser encore plus la personne qui en souffre.

Il est donc essentiel de combattre avant tout l’inflammation créée par le cancer plutôt que d’accumuler des calories « vides » provenant d’aliments peu nutritifs et qui risquent au contraire d’aggraver encore plus les processus inflammatoires.

Dans son excellent livre sur le traitement intégral du cancer (1), le Dr Keith Block, un des pionniers de la cancérologie intégrative aux Etats-Unis, recommande le protocole suivant à partir de son expérience de 30 ans en cancérologie.

Régime alimentaire
- Eviter les graisses saturées, les acides gras oméga-6 (huile de tournesol, de soja, de maïs, produits laitiers, viandes et œufs industriels, etc.), les acides gras hydrogénés et partiellement hydrogénés (« acides gras trans »), les farines blanches et le sucre en général (tout ce qui augmente l’index glycémique).
- Inclure de nombreux aliments source d’oméga-3 (poisson gras surtout), d’antioxidants (légumes verts et colorés et fruits), et des polyphénols (thé vert, huile d’olive, jus de grenade).
- Pour reconstuire ou maintenir la masse musculaire, avoir un régime très riche en protéines mais de bonne qualité (préférer le poisson et la volaille bio à la viande rouge et aux charcuteries, inclure des œufs bios et/ou oméga-3, des noix, des noisettes, des amandes, des fruits secs, etc.). Compléter ces apports avec des protéines en poudre (à base de poudre de petit lait par exemple). Une sorte de milk-shake hyper protéiné peut être utilisé comme remplacement des repas conventionnels plus difficiles à avaler. Deux portions de ce mélange, une à chacun de deux repas de la journée apporte 1.160 Kcal, à peu près la moitié des besoins quotidiens d’un adulte. Il contient 3 portions de protéines, deux de céréales, deux de fruits, une et demi d’une alternative à un produit laitier, et un petit peu de lipides de bonne qualité. Si vous êtes allergique à un type particulier de protéines en poudre, substituez en un autre.

Mélange hyper-protéiné du Dr. Keith Block :
- 250 ml de lait de riz, de soja ou d’avoine (plutôt éviter le lait de soja en cas de cancer du sein ou autre cancer hormono-dépendant)
- 6 cuillers à soupe de poudre de protéine (poudre de « petit lait » bio si possible, poudre de blanc d’œuf, ou poudre de protéine de soja)
- 2 g de chlorella (optionnel – disponible dans les magasins bio)
- 2 g de L-Glutamine (optionnel – acide aminé constitutif des protéines, disponible dans les magasins bio – peut être pris sous forme de capsules si il n’est pas ajouté au mélange)
- 2 g de L-Leucine (optionnel – acide aminé constitutif des protéines, disponible dans les magasins bio – peut être pris sous forme de capsules si il n’est pas ajouté au mélange)
- Une cuiller à café d’huile d’amande ou de noisette
- 2 à 3 cuillers à café d’huile de poisson de bonne qualité et concentrée (au moins 30% d’oméga-3 DHA et EPA) _ Peut être pris sous forme de capsules si le gout vous dérange.
- 1 petite banane
- 1 cuiller à soupe de sirop d’agave
- Combinez tous les ingrédients dans un mixer et mélanger bien. Conserver au frigidaire pour servir frais. Consommez au moins deux fois par jour en cas de perte de poids rapide.

Quelques suggestions pour aussi améliorer l’appétit :
- Mâcher longuement et complètement de petites quantités à la fois
- Utiliser certaines tisanes traditionnelles pour stimuler l’appétit comme les infusions de gingembre, de fenouil, de mente poivrée, ou de ginseng
- Essayer l’extrait de gentiane (un constituent des liqueurs apéritives amères) qui marche pour certains patients
- Manger juste avant les repas une petit morceau de prune umeboshi marinée (se trouve dans les épiceries japonaises ou sites internet) ou bien des enzymes de la digestion comme la bromélaine ou la papaïne (en magasins bio)
- 5 à 10 minutes d’exercice physique léger, ou bien marcher trente minutes avant les repas
- Soigner la dépression qui accompagne souvent la perte de poids liée à la maladie (par des méthodes naturelles si possible mais éventuellement avec le recours à des antidépresseurs si nécessaire car la dépression aggrave la perte d’appétit)
- Utiliser des médicaments anti-nausée si nécessaire
- Certains médicaments conventionnels comme le Megace (megestrol), le sirop Marinol, ou l’Anavar (oxandrolone) peuvent aussi aider à stimuler l’appétit.

Bibliographie

Ces recommandations sont issues de mes conversations avec le Dr. Keith Block et de son livre "Life Over Cancer", édition 2009, pages 131 et 510-513
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON