guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Optimiser son terrain pour se protéger de la maladie
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Optimiser son terrain pour se protéger de la maladie
11/07/2008
Mots clé : optimiser son terrain
Une nouvelle approche du cancer – complémentaire des traitements conventionnels incontournables comme la chirurgie et la chimiothérapie ou la radiothérapie – consiste à optimiser le « terrain ». C’est à dire, assister au maximum le corps dans ses défenses naturelles contre le cancer.
 
Pour chacun de nous, certains tests permettent de mesurer l’état de notre terrain, et d’ajuster les choix que nous faisons tous afin d’améliorer encore nos défenses.

Nous voulons – à travers la communauté de www.guerir.org - proposer une liste de tests de terrain, les meilleures façons de les interpréter, et des recommandations afin de renforcer les défenses quand un test suggère une zone de faiblesse.
Dans la mesure où ces tests sont encore trop rarement utilisés dans la pratique habituelle de la médecine classique, nous demandons à chacun de vous de bien vouloir nous aider à améliorer les notions que nous allons mettre en avant par vos commentaires et vos suggestions. Chaque membre de guérir.fr pourra ensuite voter sur ces suggestions pour que les plus utiles soient recommandés pour le corpus qui sera retenu de façon permanente dans les recommandations faites sur le site.
Dans les semaines qui viennent, nous allons proposer des discussions sur différents tests de terrain. Voici une première liste de certains des plus essentiels et sur lesquels vous nous avez déjà posé de nombreuses questions (ceux pour lesquels un lien existe font déjà l'objet d'un article dans la section magazine. Les autres sont en cours de préparation):
- La mesure de la protéine C-réactive par test ultra-sensible.
- La mesure combinée de la protéine C-réactive (par test classique) et de l’albumine sanguine.
- La mesure de l’hémoglobine glycosylée (connue aussi sous le nom de « HbA1c »).
- Le taux sanguin de Vitamine D
- La mesure de l’activité des cellules NK (ou des cellules blanches en général).
- Rapport oméga-6/oméga-3 dans les hématies
- mesure de la capacité antioxydante (MDA urinaire par ex)
- Activité des voies métaboliques de détoxification (capacité d’éliminer les carcinogènes de l’environnement)
- Mesure de la fonction thyroïdienne
- Cholesterol et triglycérides
- Taux de fer et ferritine
- Mesure de la personnalité et « style d’attachement »
- Test de Ruffier-Dickinson : mesure de l’état physique général et de tolérance à l’effort (VO2 max)
- Mesure de la variabilité et de la « cohérence » cardiaque

Dans la plupart des cas ces tests peuvent être remboursés s’ils sont prescrits par un médecin. Reste à obtenir l’aval de votre praticien, qui n’a pas forcément l’habitude de les utiliser.
Pour cela restez diplomate. N’entrez pas dans son cabinet en exigeant une ordonnance. Ne menacez pas de changer de médecin s’il ne dit pas oui tout de suite, il sait bien que vous pouvez le faire. Faites confiance en son intelligence. Cependant si vous jugez qu’il est d’une mauvaise volonté manifeste, c’est peut-être l’occasion de vous renseigner. Demandez-lui simplement : pouvez vous recommander un confrère ou consœur qui serait prêt à me suivre avec une approche de « terrain » en plus de mes traitements conventionnels ?
Ne mettez pas immédiatement sous le nez de votre médecin ce que vous avez imprimé, mais abordez franchement le sujet en lui demandant son avis. S’il ne connaît pas ces informations, ne l’humiliez pas : les médecins sont bombardés d’informations, bien plus nombreuses que la capacité de traitement d’un être humain.
S’il fait preuve de méfiance, c’est tout à son honneur de scientifique. Proposez lui les informations que vous aurez préparées en lui expliquant que vous avez besoin de mieux connaître ces indicateurs de terrain pour agir vous-même sur votre santé, en plus de ce que la médecine vous apporte. Proposez lui un peu de temps pour lire les documents que vous lui remettez. S’il est convaincu après lecture, il peut sans doute vous envoyer une ordonnance par courrier.
Soyez raisonnable dans vos demandes : des examens tous les 15 jours ne sont pas envisageables, et, de toutes façons, les comportements que vous pouvez mettre en œuvre pour améliorer les résultats de ces tests prennent généralement deux à trois mois avant d’avoir un effet mesurable.
Enfin la prochaine fois que vous le verrez parlez-lui de ce que ces informations vous ont aidé à changer chez vous. Il sera d’autant plus convaincu de leur utilité et vous participerez à l’amélioration de la prise en charge de autres patients.
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON