guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Prix Nobel de Médecine 2009 et comment le style de vie peut protéger nos gènes
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Prix Nobel de Médecine 2009 et comment le style de vie peut protéger nos gènes
08/10/2009
Mots clés : style de vie, prévention
Le Prix Nobel de Médecine 2009 récompense la découverte de l’enzyme qui protège les gènes du vieillissement. Le Dr Elizabeth Blackburn et les Drs Carol Greider et Jack Szostak ont découvert que les chromosomes avaient une sorte de « peau de chagrin » qu’on appelle « Télomère ». Il s’agit d’une extrémité des chromosomes qui se réduit peu à peu au fil de l’âge et qui, lorsqu’elle est complètement usée, entraine la mort des cellules. Or il est possible de les activer par l’hygiène de vie !
 
La réduction de la taille des télomères d’une personne est un des meilleurs indicateurs de son état de vieillissement, mais aussi du risque de mort prématurée par cancer ou maladie cardiaque.

Dans le même temps, les chercheurs ont découvert une enzyme - la « Télomérase » - qui permet aux cellules de reconstruire une partie de cette peau de chagrin des chromosomes pour qu’elle rétrécisse moins vite. Et plusieurs études montrent que plus cette enzyme est active (particulièrement au sein des cellules du système immunitaire) et mieux le corps est protégé des processus de vieillissement associés aux maladies cardiaques et à plusieurs types de cancers.

Toutes les interventions qui peuvent agir sur l’activité de cette remarquable enzyme sont des sujets de recherche activement poursuivis par l’industrie pharmaceutique pour la prévention et le traitement des maladies liées au vieillissement.

Or, il se trouve que le Dr Blackburn a collaboré à une étude publiée il y a quelques années dans le Lancet Oncology [1] qui ouvre une autre voie complètement. Avec le Dr Dearn Ornish, spécialiste de médecine intégrative qui est lui aussi à l’Université de San Francisco, Blackburn a étudié l’impact d’un changement de style de vie sur l’activité de la télomérase dans les cellules immunitaires.

Ornish a suivi pendant trois mois des hommes porteurs d’un cancer de la prostate à progression lente. Pendant trois jours de séminaire intensif, ces hommes ont appris l’importance de prendre en mains leur propre santé. Ils ont appris à manger différemment : très peu de graisses saturées et un régime presque entièrement végétarien très riche en légumes, légumineuses, fruits, et féculents à base de farine complète, tout en réduisant tous les sucres raffinés et farines blanches. Ils ont appris à faire de l’exercice modéré (marche ou autre) au moins trente minutes six fois par semaine, et à gérer leur stress avec des méthodes de relaxation comme le yoga, des exercices de respiration, ou la méditation, pratiqués au moins six jours de la semaine. Ils recevaient aussi des compléments alimentaires à base de protéine de soja, de l’huile de poisson, de la vitamine E, de la vitamine C et du sélénium chaque jour.

Au bout de trois mois, l’activité de la télomérase – qui rallonge la vie des chromosomes et des cellules – avait augmenté de 30% chez ces personnes ayant pris leur santé en main ! (NOTE DE BAS DE PAGE) Cela voudrait dire que les choix que nous faisons chaque jour à table, en marchant pour aller travailler, en respirant pour mieux gérer notre stress, agissent au plus profond de nos mécanismes cellulaires. Au cœur même de ce qui nourrit et protège la vie. A nous de choisir chaque jour comment venir en soutien à nos télomérases !

NOTE DE BAS DE PAGE : Ces résultats doivent être encore considérés comme préliminaires (parce que le groupe étudié n’était que de 30 personnes et qu’il n’y avait pas de groupe témoin auquel le comparer). Toutefois, comme il est déjà établi que ce type d’intervention nutritionnelle, d’activité physique, et de gestion du stress ont un effet majeur sur la survie à long terme (chez les gens bien portants comme chez les personnes ayant un cancer), il serait surprenant que cette augmentation de l’activité des télomérases soit un effet du hasard.

Bibliographie

1. Ornish, D., et al., Increased telomerase activity and comprehensive lifestyle changes: a pilot study. The Lancet Oncology, 2008: p. doi:10.1016/S1470-2045(08)70234-1.
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON