guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Une nouvelle étude prouve les bénéfices du style de vie "anticancer"
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Une nouvelle étude prouve les bénéfices du style de vie "anticancer" - faites la connaitre
23/11/2008
Mots clés : mode de vie, anticancer
Une intervention de type "Anticancer" (nutrition, activité physique, gestion du stress) réduit de 45% la mortalité du cancer du sein.
 

Au moment où va se tenir -- ce dimanche 23 novembre, en présence du Président de la République – la « 1ere Convention de la société face au cancer », une nouvelle étude vient d’être publiée dans la revue CANCER (Novembre 2008) qui doit faire réfléchir !

Des chercheurs de l’université Ohio State aux Etats-Unis ont montré que des femmes traitées pour un cancer du sein qui avaient suivi un enseignement très similaire à celui que je décris dans ANTICANCER (conseils alimentaires, plus d’exercice physique, et, surtout, meilleure gestion du stress) voyaient leur risque de mourir de leur cancer réduit de 45% dans les 11 années qui suivaient (voir figure ci-dessous). La réduction de mortalité était de 68% quand on ne compte pas le petit nombre de patientes qui ont abandonné le programme très tôt !

Je suis inquiet que cette première convention de la société face au cancer puisse se faire sans que soient mentionnées les nouvelles données scientifiques -- soulignées dans mon livre -- qui mettent en avant l'impact environnemental dans la progression des cancers, ni les approches individuelles qui permettent à chacun de mieux se protéger de cette maladie, soit en prévention, soit pour mieux bénéficier des traitements.

J'ai envoyé un message similaire, incluant cette étude, à mes consœurs et confrères médecins dont certains seront présent à cette journée comme cancérologues. Mais il me semble que c'est surtout vous, les personnes les plus concernées, qui allez devoir poser ces questions, si souvent ignorées par ceux qui préfèrent ne s'investir que dans des méthodes de prévention ou de traitements qui ne remettent pas en cause nos systèmes de soins et nos pratiques industrielles.

Prenez la parole, et faites connaître ces résultats autour de vous !


Proportion des patientes ayant survécu depuis le début de l'étude dans le groupe "intervention" et le groupe "sans intervention". On note une amélioration de la survie des patientes ayant bénéficié de l'intervention (8 séances hebdomadaires suivies d'une séance mensuelle, le tout sur une année) dès la deuxième année de l'étude.

Ci-dessous, la référence et l'abstract (en anglais, désolé...) de l'étude du Pr Andersen :

Andersen, B. et al. (2008) Psychologic Intervention Improves Survival for Breast Cancer Patients
Cancer 2008;113:3450–8. copyright 2008 American Cancer Society.

BACKGROUND. The question of whether stress poses a risk for cancer progression has been difficult to answer. A randomized clinical trial tested the hypothesis that cancer patients coping with their recent diagnosis but receiving a psychologic intervention would have improved survival compared with patients who were only assessed.
METHODS. A total of 227 patients who were surgically treated for regional breast cancer participated. Before beginning adjuvant cancer therapies, patients were assessed with psychologic and behavioral measures and had a health evaluation, and a 60-mL blood sample was drawn. Patients were randomized to Psychologic Intervention plus assessment or Assessment only study arms. The intervention was psychologist led; conducted in small groups; and included strategies to reduce stress, improve mood, alter health behaviors, and maintain adherence to cancer treatment and care. Earlier articles demonstrated that, compared with the Assessment arm, the Intervention arm improved across all of the latter secondary outcomes. Immunity was also enhanced.
RESULTS. After a median of 11 years of follow-up, disease recurrence was reported to occur in 62 of 212 (29%) women and death was reported for 54 of 227 (24%) women. Using Cox proportional hazards analysis, multivariate comparison of survival was conducted. As predicted, patients in the Intervention arm were found to have a reduced risk of breast cancer recurrence (hazards ratio [HR] of 0.55; P 5.034) and death from breast cancer (HR of 0.44; P 5.016) compared with patients in the Assessment only arm. Follow-up analyses also demonstrated that Intervention patients had a reduced risk of death from all causes (HR of 0.51; P 5.028).
CONCLUSIONS. Psychologic interventions as delivered and studied here can improve survival.
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON