guerir.org : tout faire pour mieux guérir du cancer, et le prévenir
   
     Accueil › David Servan-Schreiber › Les chroniques de David Servan-Schreiber › Y a-t-il un problème avec l’eau du robinet ?
   
DAVID SERVAN-SCHREIBER
 
Y a-t-il un problème avec l’eau du robinet ?
22/06/2009
Mots clés : eau du robinet, santé
Lors de mes conférences, sur ce site, dans mes rencontres avec de nombreux patients, on m’a souvent posé la question : « mais n’y a t il pas un problème avec l’eau du robinet? Quelle eau faut il boire si on a un cancer ? » Pour répondre à cette question, j’ai réuni une équipe scientifique autour de guérir.fr qui y travaille depuis plusieurs mois. Nous avons fait le tour de plus de 100 articles publiés dans la littérature scientifique, de nombreux rapports gouvernementaux et ou émanant d’organismes officiels, avons interrogé plus de 40 experts en France, et obtenu le soutien de 20 scientifiques de renom qui se sont engagés autour d’un texte commun. Nous sommes arrivés à une position commune avec le WWF-France qui est très actif sur cette thématique de l’eau. La voici.
 
Nos conclusions sont simples : Tout comme on doit faire attention à l’eau qu’on donne à un nourrisson, il faut faire attention à l’eau qu’on donne à une personne dont la santé est fragilisée par une maladie comme le cancer.

Si l’eau au robinet est « en moyenne » de bonne qualité en France, des dépassements des normes réglementaires pour les nitrates (engrais agricoles et lisiers) et pesticides sont encore trop fréquents pour qu’on puisse lui faire une confiance aveugle. Il existe aussi de plus en plus de résidus de médicaments dans l’eau qui n’ont rien à y faire. Leurs effets sur la santé humaine ne sont pas mesurés mais ils sont capables de changer le sexe des poissons ou des têtards dans les rivières et leur présence à divers degrés dans l’eau de boisson est préoccupante.

Pour les personnes que cette question interpelle, nous faisons plusieurs recommandations. Les principales sont :
1. De vérifier les taux de nitrates et pesticides au près de leur mairie (la publication des tests est obligatoire)
2. Si ils sont excessifs, de privilégier l’eau en bouteille (en recyclant les bouteilles en plastique) ou d’utiliser des filtres de bonne qualité (en faisant attention de respecter leur délais d’expiration)
3. D’intervenir au niveau des mairies et collectivités locales pour que les zones de captage de l’eau potable de la commune soient protégées, notamment par l’agriculture biologique et le traitement des rejets des centres de soins médicaux.

Tous les détails sont dans notre grand dossier sur l’eau.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, suggestions et questions. Il y aura encore beaucoup à faire ensemble.
 
>> Voir toutes les chroniques de David Servan-Schreiber
   
   
Contact       Mentions légales       FAQ       Liens utiles       Partenaires       Comité de surveillance       HON